« C’est après beaucoup d’années de travail en pyjama que l’on finit par revêtir l’habit vert. »

« Je voulais absolument revêtir quelque chose qui soit fait à Montréal car il s’agit de ma ville où la peau a une importance extrême. Au Québec, étant donné que l’hiver est très rude, le printemps doux et l’été très fort, très chaud, on a un rapport très étroit avec la peau. Pour moi l’habit vert c’est la nouvelle peau.

Jeanne Bellavance a fait ce travail pendant 350 h, cela prend une patience extrême, c’est exactement la même qu’il faut pour écrire. Quand je la vois broder j’ai l’impression qu’elle fait exactement ce que je fais quand j’écris ou quand je dessine, elle fait des choses qui semblent disparates comme chaque lettre de l’alphabet et qui finissent par avoir un sens, ce que nous avons en regardant le costume.

J’ai ressenti un confort et ensuite une sorte de chaleur d’avoir revêtu, comme dans les contes de fées, une nouvelle peau.

Une chose qui est au coeur de l’art c’est la capacité d’attendre à ce que les choses arrivent. Tous ceux qui croient qu’il peuvent rêver à ce qui va se passer ne sont pas dans l’art.

Il faut attendre la surprise. J’attends. »

Dany Laferrière, L’immortel, reçu à l’académie française le 28 mai 2015

Court métrage documentaire coproduit avec Kazak et qui relate la confection du fameux « habit vert » que doit revêtir le nouvel « immortel ».

Un film de Jorge Camarotti / Une production de TRIPTYQUE et KAZAK
Producteurs: Roxanne Doucet & Benoit Hogue

Le costume est en drap bleu foncé ou noir, brodé de rameaux d’olivier vert et or, d’où son nom d’habit vert. Les fils de soie pour travailler le motif de rameaux d’olivier (qui représente l’immortalité) ont été importés de Lyon. L’habit, dont le tissu provient d’Angleterre, est composé en quatre tonalités de vert et ses broderies ont été épurées.Le designer de mode a fait appel à la brodeuse québécoise Jeanne Bellavance, qui a étudié à l’École Lesage de Paris, une maison de broderie réputée.

sartorialto_danylaferriere_academiefrancaise_2

sartorialto_danylaferriere_academiefrancaise_3

habit

« L’écriture loge précisément dans ce rien. Il retournera au lit et prendra des notes le dos appuyé contre deux oreillers. Pourquoi parviens-je à l’imaginer si nettement en train de déambuler dans son appartement ? J’ai eu, dans la voiture, comme un soupçon. Comme si je connaissais trop bien cet homme en pyjama. L’impression presque pénible d’avoir déjà arpenté ce couloir sombre, de connaître ce petit salon, cette étroite cuisine, ce pyjama jaune à rayures bleues, ce visage chiffonné et mal rasé, même si beaucoup plus vieux que moi. Déjà au téléphone la voix me semblait familière. Je voudrais connaître au moins le titre de ce manuscrit dodu, au moins neuf cents pages, aperçu sur sa table de travail. Pour l’écrire il s’est réfugié dans cet appartement, loin de toute mondanité, ne quittant presque jamais ce pyjama constellé de taches de café et de sauce de spaghetti. Faut-il croire que le pyjama est un habit de travail comme un autre ? »

Dany Laferrière , Journal d’un écrivain en pyjama

Isabelle Baudelet pour Text’Styles le 13 janvier 2017

___________________________________________________________________

Sources :

Maison des Arts textiles et du Design

http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/722753/dany-laferriere-academie-francaise-habit-vert

http://www.modemontreal.tv/actualites/un-habit-concu-montreal-pour-lentree-lacademie-de-dany-laferriere

Publicités