« Chez Caroline Hofman, le langage est omniprésent dans sa dimension poétique. Aux mots volatiles de l’oralité répond l’écriture scellée en lettres brodées de certaines pièces : « Fil, mangeur d‘étoile accompagne lignes courbes, entrelacs, arabesques écoulement de bouchées, langage sourd pensées poussées, paysages interne les mots traversent jusque caverne » (Memento Mori – 2013). »
Nathalie Poisson-Cogez, critique d’Art contemporain – octobre 2014

C’est toujours un plaisir de retrouver Caroline Hofman dans son atelier à Roubaix. Des herbes fraîches, des morceaux d’histoire, des fils, des mouchoirs sur brodeuse, des mots tissés..

a11

a9

a8

a7aaa

Textrus – projet de livre Textile. 2013 © Caroline Hofman

Fil, mangeur d’étoile accompagne
Lignes courbes, entrelacs, arabesques
Ecoulement de bouchée, langage sourd
pensées poussées, paysage interne
Les mots traversent jusque caverne
Bouquets,parfums périssent,naissent
Cycle allégresse. Flot souffle et perce
Mots amarrés, l’aube du visage ô tisse

 

a3a

© Caroline Hofman

a10

Dans cet endroit en harmonie avec son paysage intérieur, Caroline me parle de certaines de ces oeuvres toujours associées à un récit :

 

 

 

seuil

SEUIL 2014 © Caroline Hofman

« Performance réalisée à l’école des Beaux Arts de Tourcoing en septembre 2014. Dans une étendue textile faite de draps, couvertures et linge de nuit, j’évoque dans un texte et des chants, le seuil entre le rêve et la réalité… »

 

« Dans la lignée de l’Arte Povera et de Fluxus, Caroline Hofman réinvente le quotidien par le détournement d’objets usuels ou par le geste graphique. Elle tend ses fils, les brode, les incorpore dans des installations, les dessine, joue sur les motifs jusqu’à glisser une part d’étrangeté dans l’habitude : un tiroir rempli de vieux vêtements devient paysage et l’action de se brosser les dents se transforme en relevé sismographique. »

P. Schwartz

optique-678x1024

UTOPIE CONCRÈTE. 2015 © Caroline Hofman
Installation faite d’objets usuels augmentés au fil.

 

 

En suivant le fil rouge, c’est à La Manufacture de Flandres à Roubaix qu’on la retrouve…

19.jpg

18

17

Caroline y supervise un atelier de tricot pas comme les autre puisqu’il s’agit, avec le « gang des tricoteuses », de fabriquer de l’eau de laine : l’eau Textile

 

21

 

 

 

20

« L’exposition L’Eau Textile propose un parcours sensible, entre création contemporaine et discours, révèle les relations entre l’eau, le textile et l’Homme. Des domaines aussi divers que l’industrie, la vie sociale, les innovations technologiques et la création artistique sont abordés à travers une immersion dans l’univers passé et contemporain du textile.
Un parcours hors les murs prolonge l’exposition dans des lieux phares de la vie culturelle roubaisienne comme le musée de La Piscine, La Condition Publique, la médiathèque La Grand Plage, et les Archives Nationales du Monde du Travail. »

Du 3 au 26 mars 2017, Manufacture de Flandres Roubaix

https://www.facebook.com/events/1685667471764036/

 

dsc08334

 

15380288_1578746375485922_1362998457673388058_n

 

« Le textile et l’écriture font partie intégrante de ma démarche artistique. Issue d’une formation composite en Design de mode et en Art contemporain, j’ai choisi de conserver une empreinte textile à travers des installation et des performances.
Dans ce projet j’ai à coeur de rencontrer d’autres artistes, des philosophes, des écrivains et poètes car ma démarche pose des questions philosophiques à travers des poèmes et chants que je déclame lors de mes performances (cf île et seuil entre autres…). La valorisation du patrimoine historique, architectural et paysager de la région m’importe beaucoup. »

Caroline Hofman, septembre 2016

A suivre….

 

Son site : http://carolinehofman.com/

Pages facebook :

 https://www.facebook.com/hofmancarolineplasticienne/

et  https://www.facebook.com/Peintureinterieure/?fref=ts

 

 

Isabelle Baudelet pour Text Styles le 6 janvier 2017

 

 

Publicités